Les légumes du potager

0

Quel plaisir de cueillir et d’offrir des tomates, des salades ou des fines herbes fraîches! Faire un potager comble de fierté. Et que dire du plaisir de voir pousser ses propres légumes!

Le potager est toujours l’un des points de mire de l’aménagement. L’agencement judicieux des espèces, le choix de variétés plus ornementales et l’ajout de fleurs le rendent très attrayant.

L’emplacement du potager

Le potager est situé de préférence près de la cuisine. Il doit être à proximité de la remise à outils, d’un robinet d’arrosage et du compost. L’ensoleillement est primordial. La plupart des plantes potagères ont besoin de huit à dix heures de soleil quotidiennement. La laitue, l’épinard, le céleri et le persil tolèrent l’ombrage. La proximité de grands arbres peut nuire à la productivité. Ils projettent parfois trop d’ombre, leurs racines envahissent le sol du potager et entrent en compétition avec les légumes pour l’eau et les éléments nutritifs. Un potager exposé aux grands vents exige beaucoup plus d’arrosage. L’installation d’une haie brise-vent de hauteur moyenne ou d’une clôture est bénéfique. De plus, la température demeurera plus chaude.

Cultiver en planches

Les légumes sont cultivés en plates-bandes (planches) de 1 à 1,5 m de largeur. De trois à cinq rangées de légumes sont regroupées par plate-bande selon la grosseur qu’atteignent les légumes à maturité. La forme et la longueur des planches varient selon les goûts, les besoins et l’imagination.
La terre des rangées est ramenée sur les plates-bandes pour augmenter la profondeur de sol. Les plates-bandes sont permanentes et seules ces dernières sont fertilisées.
Cette technique comporte bien des avantages:

  • gagner de l’espace cultivable;
  • augmenter la production par surface cultivée;
  • assurer un meilleur égouttement et une meilleure aération du sol;
  • faciliter la fertilisation et l’entretien;
  • limiter la croissance des mauvaises herbes.
  • Marier carottes et oignons, laitues et poireaux et cultiver des radis entre les plants de tomates au début de la saison ou, encore, faire grimper les concombres et les melons sur des treillis font aussi partie des moyens pour économiser l’espace.

Les outils :

  • La fourche à bêcher :  Ameublir le sol sans le retourner, briser les mottes, enfouir le compost et les autres amendements, arracher certains légumes-racines. Indispensable, c’est le premier outil à acheter.
  • Le râteau : Ratisser les cailloux et les débris végétaux, briser les petites mottes, égaliser le sol avant le semis, incorporer en surface les engrais et les amendements.
  • La binette (bêche, gratte) : Contrôler les mauvaises herbes, rechausser certains légumes, couper les racines des mauvaises herbes sous le collet. Aiguiser régulièrement la lame.
  • La griffe à 3 dents : Biner le sol entre les plants sans briser les racines, incorporer en surface les amendements et les engrais, sarcler les plantules des mauvaises herbes.

La fertilisation

Le sol du potager doit être fertile et de bonne qualité. Des apports annuels de compost et d’engrais sont nécessaires. Les plantes potagères n’ont cependant pas toutes les mêmes exigences. Ainsi, il est inutile d’amender le sol lorsque les oignons et les carottes remplacent les tomates ou les brocolis plantés l’année précédente.

Le sol, bien fertilisé alors, convient maintenant à des plantes moins exigeantes. Les conseillers experts sont une précieuse source de renseignements.

Partager.

Laisser un commentaire