Un potager entouré de planches surélevées

0

Vous projetez un potager que vous voulez délimiter avec des planches surélevées… c’est une excellente idée surtout si l’espace dont vous disposez est relativement limité! Une fois votre potager adéquatement préparé, vous serez ravi de voir pousser tous les légumes et fines herbes que vous aurez semés avec beaucoup d’amour et quelques petits soins.

Les avantages des planches surélevées

Si vous faites un premier potager dans un emplacement où poussait du gazon, il peut être utile d’installer des planches surélevées, surtout si le sol du secteur est pauvre ou souvent détrempé. Les planches surélevées vous assure un drainage parfait, car tout surplus d’eau s’écoulera dans les allées ou sur le terrain avoisinant plutôt que d’inonder vos légumes. De plus, comme cette technique élimine le besoin de marcher sur la bonne terre du potager, le sol reste meuble pendant bien des années, assurant une meilleure croissance des racines.

La planification du jardin

Pour préparer des planches surélevées, dessinez d’abord un plan du jardin, en prévoyant des couches séparées par des allées d’environ 45 à 60 cm de large. Une largeur de couche de 1,20 m (jusqu’à 1,50 m pour les personnes de très grande taille et de 90 cm pour les personnes très petites) permet d’atteindre facilement les légumes de l’un ou l’autre des côtés de la planche. La longueur des planches varie selon l’espace disponible.

L’enlèvement du gazon

Ensuite, enlevez le gazon sur la surface à convertir en jardin en utilisant une bêche pour le découper en sections de taille maniable. Vous pouvez même utiliser ces morceaux de gazon pour réparer les sections faibles ou mortes de la pelouse qui pousse ailleurs sur votre terrain.
La disposition des piquets et des planches
Enfoncez des piquets de 45 à 60 cm de longueur dans le sol, le long des carrés, puis adossez des planches de bois de 20 à 30 cm de largeur contre les piquets.

Le terreau et les semences

Une fois l’espace rempli de bonne terre libre de mauvaises herbes (si vous l’achetez, insistez sur une terre «compostée») et bien égalisé, vous serez ensuite prêt à semer dans un sol riche et meuble où tous les légumes et fines herbes pousseront à merveille.
Vous pouvez même donner une forme originale à votre potager délimité par des planches surélevées. Quelques fleurs peuvent aussi s’insérer joliment à votre potager. Et que dire du plaisir que vous aurez à savourer ces légumes et fines herbes fraîchement cueillis.

Démarrer les semis à l’intérieur

Après vous être assurés que les variétés sélectionnées peuvent se partir à l’intérieur, voici les étapes à suivre:

Préparez votre équipement

Terreau à semis: Ce terreau très léger et stérilisé est spécialement conçu pour les semis.
Contenants: Plateaux en plastique munis d’un dôme transparent, contenants individuels soit en plastique ou en tourbe pour le repiquage.
Fongicide: Contre la fonte du semis. Il s’agit d’une maladie fongique qui provoque le flétrissement des jeunes plants et leur brunissement au niveau du sol. En quelques jours, ces symptômes sont suivis de la verse graduelle et du dépérissement de la plupart des jeunes plants.
Installation lumineuse: Essentielle lorsque les situations lumineuses ne sont pas propices.
Étiquettes: Afin de bien identifier les variétés lors des différentes étapes de production.

Commencez à semer

Humidifier le terreau: Puisque ce terreau est sec à l’achat, il est important de suivre les indications du manufacturier afin qu’il soit bien humidifié.
Remplir les plateaux: Selon les directives du grainetier, remplissez les plateaux de terreau humidifié et creusez des sillons à la profondeur requise à l’aide d’un crayon ou d’un bout de bois.
Épandez les graines: Toujours selon les directives du grainetier, regroupez les variétés ayant un type de croissance comparable dans le plateau, insérez les graines uniformément dans les sillons et recouvrez de terreau ou de vermiculite. Nous vous suggérons aussi d’utiliser le double de semences requises afin de sélectionner les plants les plus vigoureux.

Identifiez les variétés: À l’aide d’un crayon indélébile, inscrivez le mon des variétés. Cette étape est très importante pour des raisons évidentes.
Vaporisez le fongicide: Appliquez uniformément la solution diluée selon les instructions du manufacturier en prenant soin de bien atteindre toute la surface du sol.
Mettre le dôme transparent: Le dôme assurera une humidité élevée essentielle à la levée des graines.
Mettre les plateaux à la chaleur: À ce point-ci, les semis ont besoin pour décoller de beaucoup de chaleur et peu de lumière. Le dessus d’un réfrigérateur est un excellent emplacement. Si de la buée se forme à l’intérieur du dôme, il vous suffira de lever un coin et de le maintenir ouvert à l’aide d’un bout de bois.

Lorsque les semis auront émergés, vous verrez apparaître de petites feuilles rondes appelées cotylédons. Elles sont en fait des capteurs d’énergie et vous indiquent que vous devez maintenant installer vos plateaux à la lumière et qu’il faut enlever le dôme.
On peut maintenant les placer sur un appui de fenêtre afin qu’ils profitent de la lumière solaire en prenant soin d’éviter les rayons de soleil trop intenses que l’on retrouve entre 11 h et 15 h. Mais en raison de la diffusion inégale de la lumière et des variations quotidiennes de l’intensité lumineuse, il se peut que la croissance de vos semis ne soit pas uniforme. De plus, cet emplacement est habituellement trop chaud et trop sec pour favoriser la croissance des jeunes plants. Afin de contrer ce problème, les détaillants horticoles offrent maintenant des alternatives économiques d’éclairage artificiel.

Maintenez l’humidité du sol en vaporisant de l’eau tempérée au besoin, et ce, jusqu’à l’apparition des vraies feuilles. Lorsque celles-ci seront bien épanouies, il faudra alors commencer le repiquage, c’est-à-dire sélectionner les plants vigoureux et les transplanter dans des contenants individuels.
On utilisera un terreau à semis humidifié mélangé 4 pour 1 avec un terreau plus lourd. Une fois les contenants remplis du mélange, il faut y pratiquer un trou au centre assez grand pour y recevoir la motte de racines. On déracinera délicatement à l’aide d’une petite cuillère les plants sélectionnés et on les déposera dans le contenant. Il ne nous reste plus qu’à compléter le rempotage et identifier les variétés. Au fur et à mesure du développement des plants, vous aurez probablement à les rempoter dans des contenants plus gros jusqu’au moment de l’installation permanente à l’extérieur.

Partager.

Laisser un commentaire